Centre de recherche sur les politiques et le développement social

Activités

Action publique et groupes d'intérêts en France : ce que la « rénovation de la démocratie sociale » fait à l'action syndicale

Mercredi 22 octobre 2014 - Conférence-midi

 

Conférencier

Karel Yon
Professeur invité, Département de science politique
Chargé de recherche en sociologie politique
Centre d’études et de recherches administratives, politiques et sociales  (CERAPS)
Université Lille 2



Commentatrice

Pascale Dufour
Professeure, Département de science politique
Université de Montréal

 

La loi du 20 août 2008 « portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail » a réformé les règles de la représentativité syndicale, catégorie juridique par laquelle l'État garantit le rôle des organisations syndicales dans le système des relations professionnelles, mais aussi, plus indirectement, leur insertion dans le système politique. Cette réforme est le produit d’une « action publique négociée » dans le cadre du « dialogue social », dans la mesure où la loi a été précédée d’une négociation interprofessionnelle entre « partenaires sociaux » ayant formalisé un contenu repris par le législateur.

L’association en amont des confédérations syndicales ne dit cependant rien de la réception en aval des nouvelles règles juridiques par les syndicalistes. À partir d’une approche localisée, j’analyse les modalités d’ajustement des organisations syndicales au nouveau régime de représentativité. Je montre de quelle manière la réforme crée les conditions d’une nouvelle « conscience du collectif » dans les milieux syndicaux. Ayant documenté les leçons qu’en tirent les acteurs en termes de stratégies d’action et de modes d’organisation, j’insiste sur la diversité des interprétations, révélatrice de la diversité des cultures organisationnelles, tout en pointant des convergences. Au-delà du cas spécifique des syndicats français, j’entends ainsi souligner l’intérêt d’une analyse constitutive du droit pour rendre compte des relations entre État et groupes d’intérêt et de la façon dont les règles juridiques conditionnent les répertoires d’action et d’organisation.

Où :

Département de science politique
Pavillon Lionel-Groulx
Salle C-4145
11h45 à 13h00

Entrée libre

Voir l'affiche ici